banner_editeur_1
BD inédite
3 J aime ! 9

Nike ta mère.

Nike ta mère.

Commentaire de l'auteur

Le secteur textile emploie 650000 ouvriers, dont 400000 pour des sociétés exportatrices.Adidas, Puma, H&M,Gap,Walmart.... Le code du travail "fait 3.200 pages en France, 60 en Suisse et 600 en Allemagne". (Pierre Gattaz)

Transcript

Case 1:Bird 1: La police militaire cambodgienne tire sur les ouvriers grévistes:3 morts. Case 2:Bird 1: Des nantis qui se font jusqu'à 80 Dollars par mois... Bird 2: Ils suceraient leur employeur jusqu'à la moelle ! Case 3:Bird 1: Ils ne connaissent pas leur bonheur de vivre dans un pays où le code du travail ne fait pas 3200 pages.

3 réponses à “Nike ta mère.”

  1. Flocal93 dit :

    La Suisse est un pays de 8 millions d’habitants avec un gouvernement fédéral qui régit la vie de 4 variantes culturelles depuis bientôt 2 siècles.
    La France comprend 26 régions avec autant d’ethnies et de patois différents. Rappelons-nous De Gaulle qui se plaignait d’avoir à gérer un pays aux 365 fromages. Déjà, deux régions se détachent de l’ensemble: la Bretagne et l’Alsace. Sans compter les DOM-TOM.
    De plus, la France est un ancien pays “colonisateur” qui, suite aux indépendances prononcées, à recueilli des milliers de gens de cultures et de religions différentes.
    Comparons ce qui est comparable. Les statuts de la ville de Paris doivent sûrement être plus complexes que ceux de Tulle, non ? Que ce soit sur le plan civil, pénal ou du travail.
    Mieux vaut un dédale de 3200 pages et être bien protégé qu’un code incomplet de 60 pages qui laisse la porte ouverte à toutes les interprétations.
    Merci de ta BD, Max. ♥

  2. Max409 dit :

    “Le tournant social libéral affirmé et assumé par le Président de la République pourrait poser les bases d’une nouvelle synthèse…”(Le Huffington Post)
    Nos petits fûtés ont trouvé tout seuls qu’en rapprochant le droit du travail français de celui des pays émergents,on améliorerait la compétitivité des entreprises.

  3. Flocal93 dit :

    Tu le sais comme moi, Max, choisir, c’est renoncer.
    À quoi va-t-il falloir renoncer pour “améliorer la compétitivité”?

Laisser un commentaire