banner_editeur_1

Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.

Pages: First << 18 19 20 [21] 22
Auteur Discussion:Le cercle des poètes emplumés.
Trevor
Pro
Messages: 933
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: March 8, 2015, 18:10
Citer

Dame Oiselle, pardonnez-moi,
Ma rime en "euse" était vaseuse,
J' manquais de temps,
Ce n'est point "gueuse" mais amoureuse,
C'est plus charmant,
Archi Du Sèche, salut à vous,
Merci pour mon aile disparue,
Grâce à vos yeux point de courroux
Fulmolo est toujours debout.
Pas comme Bonobo
Qui fut jadis bel oiseau bleu,
Mais aujourd'hui, tête de noeud.

Prince Fulmolo de la Rossignolette.

ennelle
Pro
Messages: 4764
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: March 8, 2015, 19:27
Citer

Prince Fulmolo de la Rossignolette,
Cessez de pousser l'escarpolette !
Puisque c'est ainsi, je vous balance !
Et oui, je cafte, je dénonce, pas de chance !
Car quand vous dites "J'manquait", à l' autre,
Vous commettez une énorme faute !
Cher Prince, votre AlteSSe SéréniSSime
Exige quelques cinq esses majuscules ;
Ici, le bien faire plaît pourvu qu'on l'anime,
Avec ou sans S, on n'est jamais ridicule !

Archidusèche KINAPAÉTÉ-CHÉMACHINCHOZ-TRUCHOUETTE

Trevor
Pro
Messages: 933
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: March 8, 2015, 20:39
Citer

Merci Archidusèche, l'erreur est réparée !
Vous ne seriez pas modotte chez les birds par hasard ?
Jyèmeffezéouit à dû vous confier sa charge !
Il a bien fait, vous êtes à la hauteur.

😆

Ti Gus
Pro
Messages: 6417
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: March 8, 2015, 22:29
Citer

Extrait d'un bouquin que j'ai commis en . . . 2006 (10 ans déjà !)

Qu’est-ce que j’ai fait ? Bon sang ! Qu’est-ce que j’ai bien pu faire ?
"Bon sang !" et pas "Bon Dieu" ! Qu’est-ce que j’ai fait ?
Je ne savais même pas, au moment de cette catastrophe, qu’il put exister un dieu, par contre, mon univers, mon environnement était bien de sang.
Bon sang !
Quelle bévue ai-je commise ?
Est-ce que je me sentais trop à l’étroit ?
Est-ce que j’estimais que ma formation était complète ?
Est-ce que je me suis retourné une fois de trop ?
Mon cocon me rejetait. Je me sentais repoussé, chassé, éjecté, et ma tête était justement dirigée vers l’étroit orifice dont je m’étais toujours éloigné instinctivement dans la crainte improbable du moment présent.
Bon sang !
Qu’est-ce que j’ai fait ?
Est-ce moi qui ai provoqué ce cataclysme ?
Suis-je puni ?
Est-ce là la sanction ultime ?
J’étais chez moi, ici, seul, bien nourri, au chaud, à l’écoute du monde extérieur que je devinais. J’étais dans mon liquide protecteur bien à l’abri, en apesanteur et bercé par les mouvements de mon vaisseau porteur.
Bien sûr, je ne voyais rien dans la nuit écarlate de mon enveloppe, mais je n’avais pas besoin d’y voir quoi que ce soit pour y mener ma vie douce et paisible au gré des améliorations successives et parfaites de ma formation.
Je savais que cet instant arriverait !
Je le SAVAIS !
Ne me demandez pas comment, mais je SAVAIS qu’il serait inéluctable.
Alors, insidieusement, j’avais pris quelques précautions : dans l’alimentation qui m’était prodiguée, j’avais stocké un élément qui, pour des raisons que j’apprendrai plus tard, m’arrivait exagérément en masse.
J’ai stocké cet élément, à base principalement de calcium, en un endroit de mon squelette qui, normalement, ne devait pas en contenir ! J’ai nommé le dessus de mon crâne : ma fontanelle.
Je me suis dit qu’au plus ma tête serait grosse et dure, au moins j’aurais de possibilités de passer par cet orifice ridiculement étroit en cas de volonté d’éjection.
Mal m’en a pris car les contractions de mon cocon qui s’étaient faites douces mais insistantes au début, devenaient maintenant violentes et obstinées.
Je résistai.
J’étais écrasé, malaxé, poussé vers l’extérieur.
Je résistai.
Le liquide indispensable à ma survie s’écoula le long de mon corps pour fuir par l’orifice qui maintenant m’aspirait.
Je commençai à étouffer, mon organisme n’étant pas prévu pour fonctionner sans ce fluide vital.
Mon crâne, qui aurait dû se modeler aux contours du sas de sortie bloquait maintenant la progression obligatoire.
Pourtant les tissus élastiques qui m’enserraient insistaient, insistaient…
Rien à faire : mon crâne, malgré sa dureté apparente, se déformait et s’insinuait petit à petit vers une issue problématique.
Finalement, je passai.
A la limite de l’étouffement, je parvins à l’extérieur, manipulé par des éléments inconnus, rugueux et maladroits.
La lumière m’agressa à travers mes paupières, blessant mes pauvres yeux conditionnés à l’obscurité pourpre.

Haaa !... La douleur !
Haaa !... La peur !
Haaa !... Ce froid !
Haaa !... Ce gaz
. . . Qu’il me fallait à tout prix inhaler. . .

-NOOOOOON !!!!

-NOOOOOON !!!!

-NOOOOOON !!!!

-Est-ce moi qui ai émis ce vacarme, ces vagissements cacophoniques ?

Nous sommes le mardi 29 décembre 1936.

Il est 20h45 !

On m’a frotté avec des linges aux aspérités barbelées.
On m’a placé sur une machine tonitruante et bancale.

-« Voilà ! Il a bien crié ! Ses poumons fonctionnent ! Félicitations, Madame, vous avez un beau garçon de 4,750 kg !
Comment allez-vous l’appeler ? »

-« Ti Gus »

Ti Gus
Pro
Messages: 6417
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: December 30, 2016, 08:35
Citer

Ci-dessus, donc, une archive de mes "mémoires" !! 😀

Titoune
Pro
Messages: 366
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: December 30, 2016, 09:13
Citer

♥ 🙂

lolotte21
Pro
Messages: 2014
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: December 30, 2016, 20:47
Citer

♥ 😉 🙂

Pat-
dHirson
Pro
Messages: 618
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: December 30, 2016, 21:49
Citer

T'aurai du faire comme nous tous, descendre en rappel avec le cordon, non j'déconne Ti Gus. 😀
Bravo pour ce récit ♥♥♥

Ti Gus
Pro
Messages: 6417
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: June 18, 2017, 10:32
Citer

Eloge de la Chimay - (Pour les non-initiés, la Chimay est une authentique bière trappiste belge !)

"Qu'importe le flacon
pourvu qu'on ait l'ivresse",
Phrase écrite par un con
Ou par une ivrognesse ?
En tous cas par quelqu'un,
Qui de sa vie, jamais
N'a tenu dans ses mains
Un verre de Chimay !

Ti Gus
Pro
Messages: 6417
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: January 20, 2018, 13:48
Citer

Pour info : Je ne connais pas l'auteur, mais il joue bien avec les mots.

Le plaisir d’essence.

Dans ce monde de brut
de moins en moins raffiné
nous passons Leclerc de notre temps
à faire l’Esso sur des routes, pour,
au Total, quel Mobil ?
On se plaint d’être à sec,
tandis que le moteur économique,
en ce temps peu ordinaire,
est au bord de l’explosion,
dans un avenir qui semble citerne.
Il conviendrait de rester sur sa réserve,
voire, jauger de l’indécence de ces bouchons
qu’on pousse un peu trop loin.
Il y a des coups de pompes
ou des coûts de pompes
qui se perdent.
La vérité de tout cela sortira-t-elle du puits de pétrole ?
Qu’en pensent nos huiles ?
Peut-on choisir entre L’éthanol et l’État nul,
voilà qui est super inquiétant!
C'est en dégainant le pistolet de la pompe
qu'on prend un fameux coup de fusil.
Je vous laisse réfléchir sur cet axe-là ou sur ces taxes-là...

Pages: First << 18 19 20 [21] 22
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34; Page chargée en: 0.243 secondes.