banner_editeur_1
BD inédite
4 J aime ! 6

Second degré et premier des cons

Second degré et premier des cons

Commentaire de l'auteur

L'ignorance et la sottise ne sont pas des excuses au racisme, elles en sont la cause.

Rebonds :

Cette BD vous a inspiré ? Rebondissez dessus en créant une BD liée : Rebondir...

Transcript

Case 1:Bird 1: Sous prétexte de voyage dans le temps, un torchon raciste d'extrême droite caricature la députée Obono en esclave. | Case 2: Bird 1: Hop ! Hop ! Hop ! Birdy ! Faut remettre les choses dans leur contexte historique, pas juger selon nos valeurs actuelles ! | Case 3: Bird 1: À l'époque les Noirs étaient une race inférieure, n'est-ce pas ? Bird 2: Tu t'enfonces Èric... Tu t'enfonces !...

4 réponses à “Second degré et premier des cons”

  1. Chaudron dit :

    Salut Kiosk,
    1) l’esclavage remonte au fond des âges (et a été un dénominateur commun à la plupart des civilisations), peux-tu m’expliquer pourquoi seul les Européens devraient s’en excuser ?
    2) je n’étais pas né à l’époque du commerce triangulaire et toi non plus !
    3) d’après mes lectures, les marins de cette époque avaient une vie guère différente des esclaves !
    4) beaucoup d’ouvrier de la fin du XVIII siècle étaient les esclaves des débuts de l’ère industrielle !
    5) crois-tu qu’il y a moins de racistes chez les noirs que chez les blancs ?
    Pour finir la caricature concernée est intolérable et semble prouver que nous n’avons acquis qu’un semblant de vernis de civilisation … les uns comme les autres ! 😉

  2. Kiosk dit :

    La réponse au point 5 : s’il n’y avait pas de racisme chez les personnes à peau foncée, on pourrait prétendre qu’ils seraient supérieurs aux personnes à peau claire, puisque n’étant pas sujets à cette tare. Et donc, hiérarchisation oblige, ce serait du racisme.
    (PS : Je me demande si vous avez bien interprété ma BD. Mon point de vue n’est pas celui d’Eric – qui tente d’excuser le racisme, et donc en fait son propre racisme – mais celui de Birdy).

  3. Chaudron dit :

    Ce n’était en aucun cas une critique de ta BD que je pense avoir bien interprété et avec laquelle je suis en accord, j’ai seulement voulu étayer les propos de la case 2:
    On a tendance à juger avec nos valeurs actuelles des contextes historiques en oubliant que la moralité, les conditions et la durée de vie ainsi que les valeurs sociétales de l’époque étaient aux antipodes des nôtres.
    Même l’église catholique (mis à part quelques prêtres et papes visionnaires) ne parlait pas de races inférieures mais « d’animaux », heureusement impensable de nos jours !!!
    Il existe une série de 5 BDs de François Bourgeon « Les passagers du vent » ainsi que 2 volumes ultérieurs qui permettent de s’immerger de façon assez réaliste dans cette époque.
    Cordialement. 😉

  4. Kiosk dit :

    Le problème, dans ce cas précis, c’est qu’une histoire écrite en 2020 par des racistes et propulsant une personne de 2020 honnie par lesdits racistes peut difficilement s’interpréter en fonction de la mentalité du passé. En outre, la 3e case démolit l’argumentation de la case 2, car cet Eric considère que dans le passé les Noirs étaient effectivement une race inférieure (et non pas considérés comme telle).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.