banner_boutique2

Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.

Pages: First << 356 357 358 [359] 360 361 362 >> Last
Auteur Discussion:PARTAGES.
Ti Gus
Pro
Messages: 6856
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 10, 2018, 12:55
Citer

C'est Pierre qui a raison ! Par pudeur, je n'ai pas édité la vidéo !! 😀

Image

pierre_du_-
81
Pro
Messages: 1199
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 11, 2018, 19:16
Citer

En exclusivité ! Nous avons surpris Heg' sur la route du Tour qui traverse l'Armorique :
Image

Titoune
Pro
Messages: 399
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 11, 2018, 19:18
Citer

♥♥♥ 😛

Invité
Pro
Messages: 238
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 11, 2018, 19:40
Citer

Beau boulot mort de rigole : 🙂 🙂

ennelle
Pro
Messages: 4688
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 11, 2018, 19:41
Citer

Ce qu'on ne dit pas c'est que sa chienne, Stella, qui a traversé la route devant Elie Gesbert et l'a envoyé dans le fossé ? Elle n'a rien Stella ?

Invité
Pro
Messages: 238
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 11, 2018, 19:42
Citer

Très drôle Ennelle , non elle va bien , elle a juste un bout de pneu coincé entre les dents 🙂

gaveravar
Poussin
Messages: 9
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 11, 2018, 23:01
Citer

SUPER !

pierre_du_-
81
Pro
Messages: 1199
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 12, 2018, 19:32
Citer

Le Papé!

Il se tenait assis tout au bout de la table
Et nous impatientait souvent par sa lenteur.
On le voyait si vieux, si courbé, pitoyable,
Que l’amour peu à peu cédait à la rancœur.

Je le suivais partout ! C’était là, dans ma tête !
Il me suivait des yeux lorsque je travaillais,
Proposait de m’aider, maladroit, l’air tout bête !
Il gênait nos projets, notre vie, le papé !

Au bout de quelques temps, prétextant les vacances,
Je le menais plus haut, au flanc du Luberon
«Tu seras bien là-bas. Tu verras la Durance
Du haut de la terrasse de la grande maison.

Ces maisons-là, papé, sont faites pour les vieux.
Regarde comme ils semblent bien, ils ont l’air très heureux !»
«Comme tu veux, petite, si c’est pour ton bien-être.
Monte de temps en temps, le dimanche peut être ?»

Je l’ai laissé tout seul, vivement, pas très fière.
L’air était encore chaud, pourtant je frissonnais,
Et le chant des oiseaux voletant sur le lierre
Me disait doucement : «Qu’as-tu fait du papé ?»

Les jours se succédaient, je cherchais la quiétude
Le travail me prenait, j’essayais d’oublier,
De noyer mes regrets au fil des habitudes,
Les souvenirs d’antan rappelaient le papé.

Même dans le mistral qui rasait la garrigue
Pour venir s’écraser au butoir de la digue
J’entendais cette voix qui ne cessait jamais
De dire à mon oreille : «qu’as-tu fait du papé ?»

Chaque brin de lavande, de thym, de romarin,
Me reprochait sans fin l’absence de l’aïeul.
Le murmure des sources dans le petit matin
Chantait sur mon cœur lourd des cantiques de deuil.

Le remord lentement s’installait dans ma vie.
Je revenais m’asseoir ou il s’était assis,
Sur le banc de vieux bois, près du puits, sous le chêne,
Et je laissais errer mes pensées sur la plaine.

Alors, je l’ai revu, avant, lorsqu’il marchait
Jusqu’au seuil de l’école, pour venir me chercher.
Je sautais dans ses bras, je l’embrassais, tout doux,
Et nichais tendrement ma tête sur son cou.

Il me portait un peu, puis, ma main dans sa main,
Il ajustait son pas pour bien suivre le mien.
Il m’expliquait les bois, les cabris, les moutons,
Les abeilles dorées et les beaux papillons.

Il cueillait aux buissons des réserves de mûres
Et m’offrait les plus grosses comme un présent de choix.
Il riait bruyamment en voyant ma figure
Barbouillée des reliefs de ce festin de roi.

Le soir près de mon lit, il venait me bercer
De chansons provençales, d’histoires de bergers.
Je m’endormais heureuse de sa chaude présence,
Pleine de rêverie, d’amour, de confiance.

Au long des souvenirs, mon cœur plein de pitié
A trouvé le repos. J’ai repris le sentier
Pour revenir tout droit à la grande maison.
Retrouver le papé, lui demander pardon.

J’ai pris tout simplement sa main, sans rien lui dire.
Une larme brillait au milieu du sourire.
Et c’est moi, cette fois, tout au long du chemin
Qui ajustais mon pas, pour bien suivre le sien.

Un papé c’est précieux, c’est tant de souvenirs !
Si vous en avez un, jusqu’au bout de vos jours,
Gardez-le près de vous. Quand il devra mourir,
Vous fermerez ses yeux dans un geste d’amour.

Aujourd’hui, par hasard, si le chant des cigales
Me pose la question tant de fois redoutée,
Je peux, le cœur tranquille, en digne Provençale
Répondre fièrement : «il est là, le papé»

Yolande VERCASSON
AMOUREUSE DE LA PROVENCE

Au départ elle a écrit pour s’apaiser. C’était une nécessité.
Aujourd’hui elle exprime aussi bien le malaise de la société que les beautés de la Provence qu’elle aime tant.
Je vous laisse apprécier «Le Papé», témoignage douloureux sur le sort des anciens aujourd’hui.
Un axe de réflexion majeur pour les infirmiers, les médecins, les assistantes sociales, les dirigeants de maison de retraite, les centres de gérontologie
Mais un axe de réflexion surtout pour les enfants d’aujourd’hui trop souvent entrainés ou perdus dans un monde de profitabilité et d’égoïsme.
Voici donc Le Papé tiré de l’œuvre de cette délicieuse, Yolande Vercasson.

Mahoï
Pro
Messages: 694
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 12, 2018, 21:16
Citer

♥♥♥♥♥ Très beau texte et tellement vrai.
Merci Pierre pour ce partage et Yolande pour son oeuvre bien sûr. 🙂 😀

Ti Gus
Pro
Messages: 6856
Permalink
Publier Re: PARTAGES.
le: July 13, 2018, 09:14
Citer

Rhââââ ... Pierre, il m'a fait pleurer ce poème !
A mon âge avancé je ressens de la peine.
Que va-t-il m'arriver, que fera-t-on de moi,
Le Papé que je suis suivra-t-il cette voie ?

Pages: First << 356 357 358 [359] 360 361 362 >> Last
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34; Page chargée en: 1.293 secondes.