banner_boutique2
BD inédite
12 J aime ! 19

Qui c'est les meilleurs ?

Qui c'est les meilleurs ?

Transcript

Case 1: Case 2:Bird 1: En Suisse le code du travail tient sur 60 pages, en France il en faut 3 200 ... Case 3:Bird 1: C'est normal, en France on a des idées, ça prends plus de place sur le papier.

12 réponses à “Qui c'est les meilleurs ?”

  1. mieup dit :

    ♥ Des idées sur tout et surtout des idées.

  2. vespasien dit :

    ♥ Cette BD m’a fait sourire 🙂 mais dans les faits:

    En Suisse, les articles du Code des obligations (= livre V du Code civil)qui traitent du travail tiennent effectivement sur peu de pages. Il faudrait y ajouter la LT (Loi sur le travail), les 4 OLT (Ordonnances sur la LT), les lois sur les assurances sociales qui s’y rapportent, sur la protection des données, que sais-je encore… Ah oui, les milliers de jugements du Tribunal fédéral qui font jurisprudence. En effet, le Code des obligation est obsolète. Il date de 1904, complété partiellement en 1911, et revu plus en profondeur dans le milieu des années 1950. Donc, de nombreux conflits se retrouvent en dernier recours devant le Tribunal fédéral.

    Il existe, pour aider les salariés, un ouvrage un peu dépassé (dernière édition 2004) édité par l’Union syndicale suisse, qui commente les quelques dizaines d’articles du Code des obligations relatifs au travail, en fonction des autres lois et surtout de la jurisprudence. Le bouquin, qui n’est pas exhaustif, fait 460 pages…

    Ça reste un pays de droite avec des droits sociaux limités.

  3. Nobody dit :

    Êtes-vous sûr qu’il faille comparer l’inflation législative au nombre de pages ?

    Que ce soit le code du travail de la Revue Fiduciaire ou du Dalloz, ils sont annotés de renvois à la doctrine et de jurisprudences en évolution constante (comme tous les autres codes) ce qui augmente leur volume mais ne change aucunement le nombre des articles, décrets et règlements.
    En droit Français, les prescriptions sont variables ; 5 ans, 20 ans, 30 ans,… et je ne parle pas des lois d’ordre public.
    En conséquence, il faut conserver les articles applicables au moment des faits et pouvoir faire une étude sur l’évolution de la loi ce qui augmente considérablement le volume des codes annotés.
    Exemple :
    article L. 3125-35 du C.T., durées hebdomadaires maximales du travail, à sa parution (sans antécédent jurisprudentiel) fait 5 lignes.
    Durant les années qui ont suivi, la revue fiduciaire a publié une note sous articles de 49 lignes.
    Et vous vous êtes en train de prétendre que l’article fait 54 lignes (5 + 49).
    Désolé k16gt88, votre raisonnement est sans le moindre sens

    Cette BD ne me fait pas sourire car elle s’inscrit dans un cadre de désinformation.

  4. k16gt88 dit :

    Excusez moi je pensais être sur un site d’humour…mais pour ceux qui veulent plus d’infos il suffit de taper simplement “code du travail france suisse” sur Google.

  5. vespasien dit :

    J’avais bien compris, et apprécié d’autant plus qu’il y a au moins deux lectures possibles de la chute 😉

  6. k16gt88 dit :

    Merci vespasien, ma réponse ne vous était pas destinée, j’avais apprécié votre ♥, bon week-end à vous.

  7. Nobody dit :

    Poster sur un site d’humour n’oblige pas à raconter n’importe quoi.

    Il est impossible de comparer la législation Française à celle du pays des vaches mauves.
    Comme chacun sait, le code du travail ne s’applique pas aux marmottes qui, avec leurs petites pattes enveloppent le chocolat dans le papier d’alu.
    😆

  8. vespasien dit :

    Milka n’est plus suisse depuis belle lurette. La marque a été rachetée par Kraft Foods et le chocolat est produit en Allemagne, plus avec du lait suisse, mais du “lait des Alpes” 😉
    Mais c’est vrai qu’on ne peut comparer…

  9. Nobody dit :

    On peut s’attendre à tout d’un pays qui nous a capturé notre prestigieux crocodile. Grrrrr !

  10. minga dit :

    Si je me souviens bien, c’est François Bayrou qui s’est servi de cet exemple dans “on n’est pas couché”. Etant Suisse et souvent confrontée aux lois dans le cadre de mon travail, je tiens à rappeler que la législation Suisse est bien plus compliquée qu’elle ne se présente. Petit exemple, rien que pour le thème des salaires (calcul du salaire horaire, paiement du salaire en cas de maladie – et j’en passe -), j’ai suivi 2 jours de cours avec des avocats qui, à certaines de mes questions, m’ont répondu : “je me renseignerai et vous contacterai”. En précisant que lors de ce cours, j’ai reçu un classeur de 35 pages qui ne thématise que les salaires !!
    Oh la vache ! 🙂 🙂

  11. vespasien dit :

    Je suis moi-même actif dans le milieu syndical suisse, à l’échelon de mon canton, et je confirme aussi que la problématique est complexe. Il y a quelques années,j’ai suivi un cours de 30 heures sur les salaires. Il y avait alors (et je doute que cela ait changé) 4 façons de calculer le salaire horaire, et elles sont toutes légales. Mais avec des résultats différents.

  12. k16gt88 dit :

    Bonsoir amis suisses, c’est effectivement François Bayrou qui en a parlé et j’ai aussi regardé l’émission de France 2 relatée dans :
    http://www.bilan.ch/economie/france-2-fait-lapologie-du-miracle-suisse
    Si en France nous avons effectivement beaucoup d’idées, il vaudrait mieux pour nous en avoir un peu moins mais des bonnes et prendre exemple sur vous.
    Et la réponse à mon titre “qui c’est les meilleurs” : c’est la Suisse
    L’épaisseur du code du travail est un exemple extrait de l’émission il ne faut pas se limiter à ça pour apprécier ma BD comme vous l’avez bien compris.

Laisser un commentaire