banner_boutique2

Forum

Bienvenue Invité 

Afficher/Cacher l'entête

Bienvenue utilisateur invité, publier sur ce forum requiert une inscription.





Pages: [1] 2 3 4 >> Last
Auteur Discussion:Le cercle des poètes emplumés.
Nobody
Advanced
Messages: 75
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 3, 2014, 09:04
Citer

C'est vieux, il y a prescription. 😆
Je prie les poètes moyenâgeux de bien vouloir excuser cette parodie.

A Dame Péronnelle.

J'étois en mon bureau solitaire
Où l'ennui faisait son effort
De ses pensées j’étois secrétaire
De mes peines elle étoit réconfort.

Trois semaines passées sans vie
D’Internet elle n’étoit jamais point
L'ayant depuis sept ans suivie
Sur forums on ne se quittoit point.

Alors je fis présent d’une devise,
Autant dire utile comme exquise :

« Mensonges des âmes pénitentes
De moi ne sont point empêchés
A quoi bon que je me lamente
Puisque sparrow revient péronner ».

alemyr
Pro
Messages: 4651
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 3, 2014, 17:22
Citer

avec mes excuses (je l'avais sous le coude)

Joli mois de Mai
Quand reviendras-tu
M’apporter des feuilles
M’apporter des feuilles

Joli mois de Mai
Quand reviendras-tu
M’apporter des feuilles
Pour me torcher l’cul ?

Dame-
oiselle
Advanced
Messages: 67
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 3, 2014, 17:48
Citer

Whaou Prince ! Le cercle brille de mille feux, c’est la piste aux étoiles… à moins que ce ne soit le cercle des poètes déchaînés. 😉

12 Avril 2013… C’était il y a près d’un an, cela ne nous rajeunit pas mais nous rappelle de bons souvenirs.

Délires suite… Après les rimes en ule, les rimes en ute.
Sur l’un des BD « Radical » de Trevor, qui se plaignait d’avoir un boulot fou dans son jardin :

Bien le bonsoir Dame,
Vous avez été infidèle ?
Du fil des birds vous disparûtes,
Mais aujourd’hui bien là vous fûtes.
Fuyez, fuyez les rimes en ûtes
Vont attirer le Dindon fou,
Qui vous savez est très jaloux
Et profiter que l’on chahute
Pour vous quémander sa turlute.

Auquel je répondis :

Discrète est l’oiselle
Mais toujours fidèle
De ce doute où vous fûtes
Ou de ce soupçon que vous eûtes
Toute notion d’infidélité, je réfute.

Il a bon dos l’ut
Servi tous azimuts
En fait, je lutte, lutte
Contre les rimes en ut
Et pour les contre-uts.

Je ne sais si vous le sûtes :
Des dindons fous, un zoo recrute
D’ici à ce qu’ils nous mutent Belzébuth
A croquer des peanuts dans une hutte
Je crains que de quitter le fil le rebute.

Et dans sa tente toile de jute
De jouer le soir au son du luth
Le bon, la belle et puis la brute.
Fidèle à la tradition, je vous bizute
Mais chut ! C’était la minute tut tut.
😉
La Comtesse Auto Break de Turlututute…

P.S : fausse identité, histoire de brouiller le jeu
De pistes et que le volatile n’y voie que du feu. 😉

Suivi du commentaire de Nobody, le médisant :

À moi, Comte, Chevalier de Mézideux,
Ne vous ai-je point dit…
Comment la Dame m’a dégourdi ?
À Vincennes, elle tapinait au bois
Dans une camionnette bien à l’abri
Elle guettait le micheton aux abois
Ne vous ai-je point dit…
Mais stop ! La décence m’interdit
D’en dire plus, d’exposer mon émoi
Comment sous les étoiles d’une douce nuit
De son intimité, la Dame m’a montré la voie
Ne vous ai-je point dit…
Qu’aujourd’hui l’oiselle sans cervelle
Prenant du galon, est devenue maquerelle ?
Si feu d’enfer un jour lui est promis,
Je veux bien avec elle, être cui-cui et recuit

Dame-
oiselle
Advanced
Messages: 67
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 3, 2014, 17:51
Citer

Citation de Nobody le April 3, 2014, 09:04
C'est vieux, il y a prescription. 😆
Je prie les poètes moyenâgeux de bien vouloir excuser cette parodie.

A Dame Péronnelle.

J'étois en mon bureau solitaire
Où l'ennui faisait son effort
De ses pensées j’étois secrétaire
De mes peines elle étoit réconfort.

Trois semaines passées sans vie
D’Internet elle n’étoit jamais point
L'ayant depuis sept ans suivie
Sur forums on ne se quittoit point.

Alors je fis présent d’une devise,
Autant dire utile comme exquise :

« Mensonges des âmes pénitentes
De moi ne sont point empêchés
A quoi bon que je me lamente
Puisque sparrow revient péronner ».

Aucune… aucune hésitation, bien que je ne sois péronnelle, vous remontez dans mon estime. 🙂

Dame-
oiselle
Advanced
Messages: 67
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 3, 2014, 17:56
Citer

En réponse à Flocal, sur l’un de ses BD qui parlait d'hirondelle :

Elle faisait des ronds d’ailes
Et des rouleaux de printemps
Et des heures supplémentaires
Pour gagner encore plus d’argent
Et pouvoir faire le tour du monde.

Un jour un passant pour lui plaire
Fit tant et tant de ronds, de ronds
Ronds de jambe à la belle des rondelles
Qu’il se prit les pieds, se flanqua à terre.
L’agent hirondelle qui effectuait sa ronde
Se dit : en voici un qui est complément rond
Lui flanqua une amende de 10 euros tout ronds.

Ce sera tout pour aujourd’hui. A bientôt ! 😉

Ti Gus
Pro
Messages: 11109
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 4, 2014, 08:54
Citer

Trevor a écrit : "... et vous pouvez vous lancer dans la création aussi".
Je me lance donc et je soumets cette APOLOGIE DU GSM à l'appréciations des birds et birdettes :

Un jour, le Rat, dans un trou tomba
Le Lion par là passa
Et dans le trou, sa queue trempa.
Le Rat s’y agrippa, grimpa,
Et le Lion remercia :
« Pour un roi, tu es sympa,
Je te revaudrai ça. »
Le Lion rigola et s’en alla.
Mais lui aussi, dans un piège chuta
Et le rat, à son tour, passa :
« Je vais te tirer d’là mon gars. »
« Et avec quoi, dit le roi,
Même avec le VIAGRA ,
T’as vu la queue que tu as ? ».
« Pas de tracas » dit le Rat,
« J’ai un GSM, tu verras ».
Et des fort-à-bras il appela.

Moralité : un GSM c’est mieux
…pour ceux qui ont une petite queue !!!

Image

Ti Gus
Pro
Messages: 11109
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 4, 2014, 12:56
Citer

En bon Bird que je suis, j'ai un jour "pondu" un hommage à mon grand-père, comme expliqué dans mon "profil : Hommage au Gus

Pépé, Papy ou Bon-Papa:
Le Papa de Maman ou Papa
Qui est ce personnage?
Ce dinosaure d'un autre âge.

Celui qui racontait
Celui qui nous aimait
Et qui aussi nous graciait,
Mais qu'on évoque à l'imparfait.

Bon-Papa, Papy ou Pépé
Au visage un peu fripé
Il nous faut bien sûr l'imager
Ce bonhomme tant âgé.

Le mien était passionnant.
Il avait eu beaucoup d'enfants
Qui ont donné évidemment
Beaucoup de petits descendants

Papy, Bon-Papa ou Pépé,
J'ai des soupçons très appuyés
Qu'ayant peur de te tromper
Dans nos prénoms multipliés,
Tu as choisi, nom de nom!
De nous donner un seul surnom:
"Petit Gus", tous on s'appelait,
Hélas, toujours à l'imparfait.

Les enfants sentent cet appât:
Finis Pépé et Bon-Papa!
"Petit Gus" on est ? "Le Gus" tu seras!
Pour nous tous : "Le Gus" te voilà!

Mes petits-enfants, eux moins nombreux,
Les bougres, c'est pas sérieux,
A cause de talents musculaires,
M'appellent "Papy-Patte-en-Fer"!

Placide, malin, gentil, coquin,
On aurait pu t'appeler taquin,
Aimable, patient, bon coeur,
Génial, curieux ou blagueur,
Amusant ou généreux,
Mais non: "Le Gus" te va mieux!

On aime ton haleine de chiqueur,
Tes grosses mains de polisseur,
Ta moustache, tes blasphèmes.
"Gus" on t'aime, on t'aime,
On t'aime pour ce que tu as fait
Mais là, pas à l'imparfait!

Au paradis des grands-pères
Tu dois être à ton affaire
Et à l'heure de l'Angélus
Tous doivent attendre "Le Gus"!

Supportent-ils ton impiété?
Qu'est-ce que tu peux leur raconter?
Vous devez bien vous régaler.
Au fait: c'est vrais qu'ils sont ailés?

Merci Ô "Gus" pour Laramé
Ce serviteur imaginé,
Avec son sac pas ordinaire :
"Beau-beau-sac-montre-ce-que-tu-sais-faire!"

Quelle chance, Ô "Gus" éternel
De t'avoir eu comme modèle.
A ta cheville je n'arrive pas
Mais je marche dans tes pas

Image

Ti Gus
Pro
Messages: 11109
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 4, 2014, 17:26
Citer

Yesss Trevor : je poète :

Il m’est arrivé ce que j’écris ci-dessous.
J’ai pondu ça sous l’émotion d’un seul coup…d’vieux !

Coup d’vieux.

Mon coup d’vieux, je l’ai eu à mes soixante-six ans,
Il m’est tombé dessus méchamment et pourtant,
J’ai beaucoup de cheveux et encore toutes mes dents :
C’est pas là que je le sens, c’est dedans.

Avant, j’étais content, avant mes soixante-six ans.
Avant mes soixante-six ans, soit dit en passant,
Tous les ans, gaiement, traditionnellement,
On fêtait Noël avec enfants et petits enfants.

Maintenant, à mes soixante-six ans, soit dit en passant,
Mes enfants vont ailleurs, avec leurs enfants.
Mon coup d’vieux vient de là, c’est évident,
J’ai soixante-six ans, ça fait mal dedans.

Un jour ou l’autre, à soixante-six ans, pas avant,
Soit dit en passant, un coup d’vieux viendra, méchamment,
Pour vous aussi mes enfants, vous inscrire au club des vétérans.
Vous vous direz alors, soit dit en passant :

« C’était bien, avant, avant le coup d’vieux de maintenant,
Du temps où Papa avait soixante-six ans….. »

Image

Flocal93
Newbie
Messages: 19
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 4, 2014, 19:42
Citer

Allez, je vais me dévoiler un peu plus.
Et sacrifier mon intimité à la poésie.

C'est le premier
Qu'on est à Dreux,
Et c'est le deux
Qu'on est à Troyes.
C'est le trois
Qu'on est à Pamiers,
On est le sept
A Bourganeuf,
Et c'est le neuf
Qu'on est à Sète.
On se trouve aussi bien, en somme
Dans l'Aveyron que dans la Somme.
On mène une vie telle,
Entre Narbonne et Vittel,
Que pour un homme casanier,
Nul ne pourra le nier,
C'est à devenir fou à lier.
Le soir, on est dans l'Aude,
Et, sans être en maraude,
A l'aube, dans l'Allier.
On ne sait plus, ma foi,
Quel soir on dort à Caen,
Et l'on ne sait plus quand
On a traversé Foix,
On ne sait plus si hier
On était au Perthuis,
Mais on sait qu'aujourd'hui
On va rouler à Hyères,
Et ce n'est pas surprenant si
On est demain soir à Nancy.
Ah, la route! Où vais-je, où cours-je?
De Pau à Blois, de Brive à Bourges,
Sur la route on va, tour à tour,
Non sans danger,
D'Angers
A Tours.
Et l'on s'en tape
De ces étapes
Etonnantes,
De Tarbes à Nantes,
Toujours et toujours plus loin,
Et parfois même jusqu'à Tourcoing,
Des kilomètres nous avalons
Pour rejoindre Avallon.
Parfois, on est un peu lassé,
Avachi à Arras, à Vichy harassé,
Mais on se réanime
En arrivant à Nîmes,
Pour recaler
Près de Calais.
Pendant près de quarante ans,
J'ai traversé et re-traversé Carentan,
Mais je ne rapportais pas tant d'argent
Lorsque je revenais d'Argentan.
Ah, fallait-il que je l'aimasse,
Ce métier qui m'a fait tant de souvenirs,
De Perros-Guirec à Annemasse,
Annemasse-soeurâne, ne vois-tu rien venir?
En résumé, je t'aime infiniment, Province,
Que j'ai courue dans tous les sens,
D'Angoulême à Provins
Et de Provins à Doullens.
Vous l'avez deviné,
Par le passé,
Mon beau métier,
C'était routier.

Flocal93
Newbie
Messages: 19
Permalink
Publier Re: Le cercle des poètes emplumés.
le: April 4, 2014, 20:24
Citer

Ce qui suit n'est pas de moi, mais c'est son caractère de document exceptionnel
qui m'incite à le poster ici.
En plus, je trouve ça tellement mignon...

Grâce à un vieil ami, j'ai découvert ceci.

Lorsqu'il rencontre sur l'asphalte
Une Manon, qui lui sourit,
L'œil allumé, Théo fait halte
Théo rit.

Bientôt, n'étant pas de bois,
Théo goûte un plaisir extrême
Dont il se délecte trois fois...
Théo r'aime.

Puis quand arrive le matin,
Le corps dispos, l'âme tranquille,
En peinard, posant un lapin,
Théo file.

Et voilà !
L'auteur de ce feu d'artifice ?
Un prénommé Georges, lycéen en 1934 au Lycée Louis-le-Grand à Paris, et
qui devint Président de la République Française, né à Montboudif dans le
Cantal.
Monsieur Pompidou avait 23 ans.

Pages: [1] 2 3 4 >> Last
Mingle Forum by cartpauj
Version: 1.0.34; Page chargée en: 0.119 secondes.