banner_boutique2
BD inédite
12 J aime ! 18

enseignants.. et une grève, une !

enseignants.. et une grève, une !

Rebonds :

Cette BD vous a inspiré ? Rebondissez dessus en créant une BD liée : Rebondir...

Transcript

Case 1:Bird 1: M'sieur l'enseignant, vous faites grève demain ? Bird 2: Oui bien sûr.... Case 2:Bird 1: Et vous savez pourquoi? Bird 2: Vous ne pouvez pas vous rendre compte vous..... Case 3:Bird 1: ...entre les vacances de Noël et celles de Pâques, ça fait long... Faut comprendre, on est fatigués nous !

12 réponses à “enseignants.. et une grève, une !”

  1. sylvaine27 dit :

    Bonjour,
    Les enseignants sont vraiment des fainéants :
    Les vacances de « février » commencent le 5 février au soir pour la zone B et en plus ils font grève aujourd’hui …
    Mais alors, pourquoi l’Education Nationale peine-t-elle à trouver des enseignants pour pourvoir de nombreux postes vacants ?
    Une seule réponse : pas assez de fainéants en France …
    J’ironise bien sûr !
    Mais revenons sur cette journée de grève et le « pourquoi » :
    Le salaire des enseignants est « gelé » depuis 2010 et les charges ont augmenté donc le salaire a baissé.
    La réforme prévue pour 2016 n’est qu’une manière déguisée mais habile pour supprimer des heures de cours …
    Alors, le cliché des profs qui sont toujours en vacances, ne « foutent » rien et en plus qui font grève est un peu « primaire » bien qu’il concerne aussi, le « secondaire » et « le supérieur » … !!!

  2. gaveravar dit :

    Non Sylvaine. je ne dis pas que les enseignants sont fainéants… Cependant, j’en ai quelques un dans mon entourage et je vois bien que ce ne sont pas des bagnards…. Pour info, j’ai commencé à travailler à 14 ans et on  » faisait  » 54 heures par semaine, avec 3 semaines de congés payés par an.Sans prime de vacances, de fin d’année ou autres. Alors quand j’entends certains pleurnicher sur leur sort, je leur demande de calculer leur salaire annuel et de le diviser par le nombre d’heures réellement travaillées. Eh bien, ça fait du très chèrement bien payé. C’est tout !

  3. pierre_du_81 dit :

    Puis-je apporter quelques éléments de réflexion ?
    – Les enseignants ne commencent pas à travailler à 14 ans, c’est sûr. Mais ils suivent des études difficiles jusqu’à Bac+3 au minimum, voire Bac+8 pour certains. Ils tentent des concours très sélectifs, parfois plusieurs fois sans être sûrs du succès. La plupart commencent à être rémunérés aux alentours de 25-26 ans, et encore à un niveau très faible (« stagiaire »). Un professeur stagiaire touche moins qu’un gardien de la paix.
    – Les enseignants fonctionnaires bénéficient évidemment de la garantie de recrutement, qu’il ne faut pas confondre avec une garantie d’emploi : un jeune enseignant né dans le Midi a toutes les chance de passer de longues dizaines d’années au nord de la Loire avant de pouvoir redescendre.
    – Contrairement à une rumeur totalement fausse, les enseignants ont exactement les mêmes congés payés que les autres salariés. Ne pas confondre « vacances » (des élèves) et « congés » (statutaires). Ils sont rémunérés sur 10 mois, le total étant divisé et réparti sur 12 mois, ce qui explique la différence de salaire entre un ingénieur du privé et un enseignant fonctionnaire, à niveau égal. Et ils ne bénéficient d’aucun « 13e mois » ni « prime de vacances » ou autres…
    – Il est officiellement reconnu qu’une heure de cours correspond à un minimum de trois heures de travail (préparation, correction, concertation, réunions, paperasserie…). Sachant qu’un professeur certifié « doit » 18 heures hebdomadaires de cours, cela représente 54 heures de travail (loin des 35 h…). Un présentateur de journal télévisé ne travaille-t-il que 30 minutes par jour ? Le cours n’est que la partie « visible » de beaucoup de travail « invisible »…
    – Et, bien entendu, une heure de cours représente 60 minutes de 60 secondes chacune de travail intensif et éprouvant sous le regard souvent très critique d’une quarantaine de paires d’yeux. Si cet emploi était une sinécure, pourquoi aurait-on tant de mal à recruter ?
    – Au mois de juillet, lorsque les cours ont cessé, la plupart des enseignants de lycée corrigent des copies d’examen et participent à des jurys.

    A méditer : les statistiques montrent que le métier d’enseignant est un des métiers dans lesquels on vit le plus vieux, mais… est le métier dans lequel il y a le plus de maladies psychiques. Bref, on vit longtemps, mais dans quel état d’usure..?

    Et si certain(e)s envient les profs, pas de problème : le ministère recrute chaque année, et il reste des postes non pourvus…

  4. pierre_du_81 dit :

    Mais non, Ginette, je ne m’énerve pas, j’explique… 😉

  5. Ronflette du Sud dit :

    Pierre, j’ai pas le symbole pouce levé ! Rrhôô, n’oublions pas: les profs devraient payer pour le principal attrait de ce métier si envié… Une hiérarchie si bien préservée de la réalité du terrain… Dont le cerveau est ainsi bien tout disponible à la conception de théories pédagogiques tellement jubilatoires…
    (PS: non, c’est pas du vécu 😉 !)

  6. Max409 dit :

    Je trouve la vanne de Sylvaine convaincante..et drôle:
    « Les enseignants sont vraiment des fainéants….Mais alors, pourquoi l’Education Nationale peine-t-elle à trouver des enseignants …. ?
    Une seule réponse : pas assez de fainéants en France … » 🙂 🙂

  7. sylvaine27 dit :

    Merci Pierre d’avoir dévoilé le côté « invisible » du métier d’enseignant !
    J’ajouterai juste une petite anecdote « personnelle » :
    si le métier d’enseignant était un métier de « rêve », pourquoi nos deux enfants ont toujours refusé de s’orienter vers ce métier et nous ont toujours répondu « tout, sauf prof !!! »
    Eux connaissaient et vivaient le côté « invisible ». Côté qui ne permet pas de partir en week-end car même le week-end, il y a les copies à corriger, les cours à préparer, les bulletins à remplir … Côté qui ne permet pas non plus d’enfiler ses « Charentaises » le soir après les cours car le lendemain on retrouve les élèves avec des cours à assurer donc à préparer !
    Certes, on pourrait se limiter à ne préparer aucun nouveau cours et « ressortir » tous les ans les mêmes cours, proposer les mêmes contrôles et faire du copié collé avec les appréciations des bulletins …
    Mais ce serait malhonnête et complètement inintéressant.
    Autre petit détail, mais tout petit détail : si nous voulons « profiter » de nos vacances et réserver une location, celle-ci se trouve toujours classée en « haute saison » …
    J’espère que, grâce aux Birds, le métier d’enseignant va être un peu mieux compris et un peu valorisé !!!
    Nous ne sommes pas des héros, nous ne sommes pas plus à plaindre que d’autres mais nous voulons juste que notre métier soit mieux considéré et mieux reconnu !

  8. sylvaine27 dit :

    @ Blue Parrot

    Très bien trouvé  » le punching ball » et très juste!!!

  9. Nobody dit :

    Bravo gaveravar,
    Quand un enseignant n’est pas en vacances, il est en grève mais tu as oublié de dire que le reste du temps il est aussi en formation pédagogique, en arrêt de maladie pour un prétendu état « anxio-dépressif », de plus, certaines enseignantes se permettent de tomber enceinte (congés prénatals, postnatals, complications…).
    Alors, reste-t-il du temps pour enseigner ?
    😀 . 😀
    Si ce n’est pas vrai, c’est que je suis un menteur. 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.